Comment fonctionne un verre pare-balles ?

Il n'y a pas de réponse simple à cette question. Le fonctionnement du verre pare-balles dépend de sa construction, de son installation et du type de balle employé. L'impact d'une balle sur une vitre pare-balles est un processus physique complexe d’une grande violence qui se déroule en quelques secondes: le comportement de pénétration dans du verre est également complètement différent de celui du métal, du bois ou du sable. Le problème réside dans la façon dont le verre se brise.



Une balle:
Le verre se brise à la vitesse de plusieurs milliers de mètres par seconde alors qu’une balle

a une vitesse bien inférieure de 1000 mètres par seconde.

La vitesse de vol d’une balle est bien inférieur à la vitesse à laquelle se brise le verre

Du verre se brise à la vitesse de plusieurs milliers de mètres par seconde alors qu’une balle, même tirée par un fusil de type AK47 ou G3 de l'OTAN, a une vitesse bien inférieure de 1000 mètres par seconde. Les bris de verre précèdent donc la balle : Lors de l’impact, la balle ne touche donc que très peu de surface, réduisant considérablement son effet décélérant. Pour contrecarrer ce comportement, SILATEC utilise non seulement du verre, mais aussi des plastiques hautement transparents comme le polycarbonate.

La balle ou projectile

Le principe du verre pare-balles est d’étendre la surface de la charge du point de l’impact sur une plus grande surface afin de pouvoir l’arrêter. Plus le projectile se déforme après l'impact, plus sa section transversale est grande. Cela augmente le rendement énergétique du projectile et le ralentit en conséquence.

Le fait que le projectile se déforme, se brise ou se désagrège dépend de la construction du projectile et de sa vitesse. Les balles dites à noyau dur (balles AP = Armor Piercing) ne se déforment généralement pas lors de leur impacte avec du verre pare-balles. En revanche, les projectiles homogènes le font. C'est pourquoi les balles perforantes à armure dure sont plus difficiles à arrêter.

D'ailleurs, différents projectiles peuvent être tirés d'une seule et même arme, produisant des effets très différents sur un vitrage pare-balles. Par conséquent, la réponse à la question suivante ne peut être donnée qu’avec précaution.

Les projectiles mous se déforment
à l’inverse des projectiles à noyaux dur

Quel verre
de protection face à une Kalachnikov
AK-47 ?

Tout dépend des munitions employées : des munitions à noyau dur (AP) ou avec des projectiles homogènes ? Les projectiles à noyau dur nécessitent un verre pare-balles généralement plus épais que des projectiles homogènes ou chemisés. SILATEC vous propose les deux options. Le verre pare-balles SILATEC AK47 NS 36/76 protège contre les munitions standards. Le verre SILATEC AK47 NS 62/141 offre une protection contre les munitions à noyau dur (AP).


Pour nous assurer de la parfaite efficacité de nos vitrages, nous les testons dans le pays d'origine de la Kalachnikov - en Russie.

Nous vous aidons à trouver la
solution adaptée à vos besoins

Contactez-nous
Faites l’expérience en réalité

Nous vous aidons à trouver la protection qui vous convient

 

Dès réception de votre formulaire, nous vous contacterons au plus vite.

Toutes les informations que vous nous communiquerez sont confidentielles et ne sont pas transmises à des tiers.

Comment teste-t’on des vitrages pare-balles?

 

EN 1063, Gost, Nato

En combien de temps peut-on percer un vitrage blindé?

L'angle d'impact

Un des facteurs qui influence l’effet protecteur d’un verre pare-balles est l'angle d'impact de la balle. En d'autres termes, plus l'angle de tir est aigu, moins il est dangereux pour votre verre pare-balles : plus de matière s'oppose au projectile. Plus on s’approche d’un angle de 90° plus la charge sera importante. C'est pourquoi le verre pare-balles est testé à un angle de tir de 90°.

Enfin, l’un des autres facteurs décisifs est de savoir si, et comment, le vitrage pare-balles doit se briser sur sa face interne - c'est-à-dire du côté « protecteur ». On distingue donc les vitrages sans éclats (NS = sans éclats vulnérants) et les vitrages avec sortie d'éclats (S = avec éclats de verres).

La résistance à l'éclatement (NS) peut être obtenue en faisant fabriquer la "plaque de verre" extérieure en plastique au lieu de verre - idéalement en polycarbonate. Une autre possibilité est de rendre le vitrage pare-balles plus épais afin cette dernière couche de verre ne soit pas brisée par la balle. Attention, cette solution a un désavantage : plus épais signifie plus de poids. Le verre pare-balles de SILATEC est particulièrement fin et pèse 50 % de moins que le verre pare-balles classique.

Vous voulez en savoir plus ?


SILATEC ShooteQ

Vous trouverez ici toutes les informations
sur nos vitrages pare-balles


Vitrages pare-balles