+




Quel verre choisir : vitrage Sp10 ou vitrage P6B ?

Nous vous expliquons volontiers les désignations parfois déconcertantes utilisées dans la norme DIN EN 356. Il existe 5 classes de basse protection (orange et bleu clair) et 3 classes de haute protection (bleu foncé). Seules les variantes représentées en bleu foncé assurent une protection anti-effraction efficace. 

SÉCURITÉ VERRE DE SÉCURITÉ SILATEC PROTECTION ANTI-EFFRACTION P1A P2A P3A P4A P5A P6B P7B P8B P6B P7B P8B RÉSISTANCE AUX JETS D'OBJETS

 

Comment classifier le verre sp10? 

Certaines autres désignations usuelles sont également employées très couramment en France. Nous vous les expliquons volontiers.

Un vitrage Sp10 ou Sp510 correspond à un vitrage P5A. En revanche, un vitrage Sp15 ou Sp615 désigne déjà le vitrage P6B anti-effraction. Sp22 et Sp722 se réfèrent à la classe de résistance supérieure P7B, tandis que Sp827 correspond à la classe maximale P8B. Ainsi, l'écart le plus important en terme de sécurité est celui qui sépare un verre Sp10 et un verre SP15.

Le tableau suivant vise à éclaircir ces comparaisons :

Classe EN 356

France

SILATEC

P4A

44.4

P4A

P5A

SP510 / SP10

P5A

P6B

SP615 / SP15

P6B, EH1

P7B

SP722 / SP22

P7B, EH2

P8B

SP 827

P8B, EH3

 

 

Silatec
VERRE ANTI-EFFRACTION

  • RESISTANCE MAXIMALE
  • FILTRE 100% DES UV
  • COMPLÈTE TRANSPARENCE

Les 5 classifications de faible protection correspondant aux verres P1A à P5A protègent les vitres contre le jet de projectiles, par ex. une pierre. Elles n'assurent pas de protection anti-effraction classique. C'est pourquoi on les désigne aussi sous le nom de « vitrage anti-projection ».

Les 3 classes de haute résistance correspondant aux verres P6B à P8B offrent une protection anti-effraction ; ces verres sont donc appelés « verre anti-effraction » et le verre P8B présente la protection anti-effraction maximale.

Stay
safe!

+

L'écart en terme de sécurité est extrêmement important entre un vitrage anti-projection (verre P1A à P5A) et un verre anti-effraction (vitrage P6B, P7B, P8B). La plus grosse différence est celle qui sépare les verres P5A et P6B, qui sont aussi comparables que des pommes avec des poires - ils n'évoluent tout simplement pas dans la même catégorie.

Les méthodes d'essai employées sont très différentes : pour les vitrages anti-projection (verre P1A à P5A), on fait tomber à plusieurs reprises une bille en acier d'environ 4 kg sur le verre à partir de différentes hauteurs. En revanche, le sort réservé au verre anti-effraction (verre P6B, P7B, P8B) est bien pire : on l'attaque carrément à la hache.